5 janvier 2015

Une couronne éphémère.

Après le plaisir des yeux celui des papilles,  voici le cru 2015 selon une recette qui traine je ne sais où sur le blog. Un bon millésime qui n'a pas connu l'aube du lendemain.


2 janvier 2015

Un bon début d'année.

Une nouvelle année commence, que sera-t-elle ?  sans doute avec sa part de joies et de tristesses mais en ce premier matin la nature nous offre une image toute en délicatesse et malgré un petit -4 degrés toute en douceur.



 J'ai un peu... allez... beaucoup abandonné non seulement ce blog mais les lectures des blogs amis au cours des mois écoulés, ma première résolution pour 2015 est de secouer un peu le "vieil arbre" et de reprendre le cours des histoires de la famille, de ma vie, des voyages à venir et des instants de beauté que j'espère encore saisir et partager avec vous.

31 décembre 2014

24 septembre 2014

Brunetti passe à la trappe !

L'information n'est pas encore vérifiée mais digne de foi, après avoir publié "Brunetti passe à table"  Donna LEON envisage de mettre à la retraite son héros vénitien qui pour arrondir ses fins de mois viendrait ouvrir un restaurant de cuisine vénitienne en Périgord, mais rassurez vous un nouveau commissaire va bientôt le remplacer.
Flânant tout près de la colonnade du siège cinématographique de la police vénitienne j'ai pu le photographier alors qu'il quittait son nouveau bureau... à suivre sur vos écrans.




A mon humble avis, vu son age, il ne tournera pas plus d'un épisode... et encore !!!!

23 septembre 2014

Gens de Venise et d'ailleurs.








Et si Casanova avait connu le smartphone ?


21 septembre 2014

Mon alphabet Vénitien

Venise ! épeler ton non est déjà une promesse.
Un V,  comme la proue d'un vaisseau voguant sur le jade de tes canaux, ors et volutes du Bucintoro...
Un e, comme tes coupoles Saint Marc ou Salute, Vierges de Torcello  ou de Murano  grottes de mosaïques byzantines ...
Un n, par centaines, tes ponts, passages obligés pour se perdre à plaisir le long de tes cali, liens qui nous attachent à toi.
Un i, tes campaniles, tu les écris parfois en italique !
Un s, comment le qualifier, superbe, splendide, ton canal grande, de mercure au crépuscule : liquide sur lequel marche une foule hypnotisée.
Un e, enfin qui s'étire et s'alanguit comme ta lagune qui me ramène une nouvelle fois vers toi.















P. S.  Texte composé après dégustation comparée de spritz  apérol, campari, etc...