26 octobre 2016

Etat des lieux...


Il y aura sept ans dans quelques jours un sympathique chirurgien bordelais m'extirpait  trente centimètres de colon et en prime une grosse tumeur cancéreuse. La vie a vite repris sont cours, rythmée pendant cinq ans par quelques scanners puis début 2015 j'ai eu le bonheur d'apprendre ma totale guérison. Pourquoi alors avoir posé cette fâcheuse question :"oui celui-ci est guéri mais un autre peut-il survenir, d'une autre forme, sur d'autres organes... " et bien sur la réponse fut positive...
Mais tout allait bien, cependant au début de l'été un état de fatigue  inhabituel  entraina une batterie d'analyses qui révélèrent une baisse de plaquettes sanguines inquiétante, du généraliste je  passais à l'hématologue,  ce printemps une ponction de moelle osseuse révéla la nature du mal : une leucémie
myélomonocytaire.  
Voila depuis avril je sais que ma moelle n'en fait qu'à sa tête , elle fabrique le sang à sa façon, trop de monocytes pas assez de plaquettes, je l'imagine comme la machine de Charlot  dans les temps modernes...
Après encore trois mois en observation la haute autorité médicale a décidé de commencer en octobre un traitement, une semaine complète de piqures journalières et trois semaines de vacances. Ces piqures doivent être faites en service d'hématologie, c'est donc trois heures de trajet global pour cinq minutes d'intervention.  
Est-ce une chimio docteur ? en quelque sorte Monsieur mais à ce point légère qu'il n'y a aucun risque de chute de cheveux !!! vu ce qui me reste c'est loin d'être ma priorité.
Voila donc une nouvelle bataille qui commence, tout ça sent un peu la guerre des tranchées... comme disait mon grand-père c'est parti comme en 14 mais la je ne souhaite qu'une chose, que ça dure au moins quatre ans... J'ai oublié de préciser que cette leucémie ne guérit pas, on la soigne sans la guérir, le traitement est donc permanent... s'il marche...
Allez je vais suivre les conseils de Snoopy !!!!! et promis, écrire à nouveau sur les bonheurs passés et à venir.



11 commentaires:

  1. Cher Robert, vous allez suivre les conseils de Snoopy, ça c'est une très très bonne intention; nous tous nous devrions les suivre, car à nous tous, en plus ou moins bonne santé ajuourd'hui, il peut nous arriver de tomber malades demain, ou même cette après-midi ou dans une heure: c'est exactement, je vous assure, ce que je me dis chaque matin, devant mon café fumant... Mais je ne veux pas vous importuner avec mes pensers, ce que vraiment je veux c'est vous dire: allez Robert, tenez bon, on est avec vous! Vous dire aussi que je me félicite pour votre clarté et votre franchise au sujet de votre maladie, qui me rend heureuse parce que je suis convaincue qu'il s'agit de l'approche la meilleure à l'égard du combat qui vous attend.
    Je viens de chercher quelques éclaircissements à propos de cette pathologie et, dans deux sites différents que j'estime fiables, j'ai trouvé entre autre que:
    "La prognosi della LMMC è variabilissima" et "Questo significa che continuando ad assumere il farmaco viene assicurata una lunga sopravvivenza."
    C'est bien sûr dans ma langue mais pas difficile à traduire, je crois.
    De toute façon soyez-en sûr, Robert, vous avez mon soutien le plus chaleureux qui soit, alors que moi j'ai la conscience que moi aussi et que nous tous, je me répète, nous allons peut-être devenir malades car le plus souvent ce n'est qu'une question de temps: mais quand ça arrive on ne peut que lutter. Et vivre, comme le dit si bien notre ami Snoopy.
    J'espère que vous nous tiendrez au courant et que vous allez encore nous faire plaisir en écrivant sur... tout et n'importe quoi.
    Je vous embrasse fort.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Siu pour ces encouragements, ils sont les bienvenus ! je me suis rendu compte depuis mon cancer du colon qu'en parler l'extériorisait il était donc plus facile de le combattre mais je dois dire que la c'estplus difficile mais comme disait un monsieur pas trop aimé des vénitiens impossible n'est pas français merci encore.

      Supprimer
  2. Courage !
    Nous vous embrassons.

    Claude et Jean

    RépondreSupprimer
  3. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Du courage il y en a mais moins qu'au premier là on coupait, extirpait et on en parlait plus. La moelle c'est plus compliqué ... enfin il faut juste la piquer assez pour qu'elle ne fasse plus de c........
      Merci à vous deux, je regrette de ne plus voir sur le net les travaux de Claude..

      Supprimer
  4. Robert, encore des moments difficiles pour vous ! Je suis de tout cœur avec votre patience, votre lutte et votre courage. Tenez bon !

    Je vous embrasse fort et je pense à vous.

    Danielle

    RépondreSupprimer
  5. il y a sept ans, j'ai subi, moi aussi ce genre d'intervention . Juste une longue convalescence suivie d'une deuxième opération suivie d'une autre longue convalescence.Alors, j'imagine ce que cela doit être aujourd'hui pour vous .La vie ne vous épargne pas décidément. Mais que faire sinon se battre en puisant son courage dans l'affection et les attentions de ceux qui vous sont chers.Et dans l'amitié de ceux qui vous lisent et vous suivent ici.J'aimerais vous envoyer des ondes positives. Courage, COURAGE! Danielle.

    RépondreSupprimer
  6. On fait avec et on espère merc Danielle

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour Robert, on se passerait bien de ce genre de nouvelles, de traitements ...de tout! Vous savez que moi aussi j'ai le cancer, jamais guéri depuis 7 ans, mais je vais plutôt bien. Je pense à chaque traitement ou opération combien j'ai de la chance de vivre dans cette partie du monde et de profiter des meilleurs traitements.
    Je vous souhaite d'arriver à vivre la vie en admirant toutes les beautés, les plaisirs qu'elle nous offre.
    je penserai a`vous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci pour le moment je vais aussi plutôt bien. Pourvu que ça dure !
      Nous sommes des profiteurs d'un supplément de vie

      Supprimer