27 octobre 2016

Immigration, intégration, et mes observations... du temps passé !

Je voulais pour cet article retrouver une photo du personnel de l'hôtel prise le jour du mariage de mes parents en 1938, impossible de mettre la main dessus mais en définitive, celle-ci pris dans les années soixante convient aussi.
Un journal aussi sérieux que le Sud Ouest oserait-il aujourd'hui un tel titre et pourtant ces cinq récipiendaires figuraient sur la photo de 1938 et quatre d'entre eux fêtèrent leurs 50 ans de présence dans l'entreprise. Quel rapport avec l'immigration direz vous ? Hector était italien et a gardé sa vie durant son accent chantant inimitable, Leonce était fils d'une espagnole qui parlait à peine le français. Sur la photo de 1938 figurait Stanis une russe et Ignace un polonais sans oublier Victor dont l'accent slave était aussi excentrique que le baise-main quotidien à 'la patronne" ma grand-mère, la seule à être qualifiée ainsi, les autres membres de la famille n'ayant droit qu'à l'utilisation de leurs prénoms ! J'oubliais Basile, jeune espagnol entré apprenti cuisinier sous la férule de mon grand-père qui termina chef avec mon père. Tout ce petit monde vivait en parfaite harmonie, sans aucune réflexion sur leurs origines ou religions, ils ont fait face et lutte commune durant les années d'occupation à la barbarie qui a ensanglanté la région. C'était une autre époque, une mentalité différente, une vie entre soi loin du matraquage médiatique dans lequel nous vivons. Une vie laborieuse sans nul doute mais me semble-t-il plus heureuse.

2 commentaires:

  1. Je partage ce que vous dites, Robert, ayant l'impression que votre petit article en dit plus qu'un traité. Et que c'est triste, non pas Venise... mais de nos jours se retrouver sans cesse et pour tant de raisons à regretter le passé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. peut être une question d'âge !!! bonne journée

      Supprimer